24 avril 1965 24 avril 1965

18/02/2014

Dans les coulisses du mont cameroun

Dans les coulisses du mont Cameroun
IMG_1802.JPGUne ex-commerciale accréditée ….
La couverture médiatique de l’ascension du mont Cameroun déchaine les passions et suscite des envies. Une radio privée de la capitale avait sollicité l’accréditation de deux personnes : un journaliste bien connu et qui fait partie de ce que certaines personnes appellent le « Shadow cabinet » et ….une ancienne directrice commerciale de la structure qui l’emploie. Malheureusement sur le terrain, c’est certes ce journaliste qui était présent, mais en lieu et place de la commerciale …un journaliste du desk de sports de cette radio dont le nom ne figurait pas sur les fiches de l’organisation. Que serait venue faire cette commerciale quand on sait que l’autre confrère a passé le temps à se plaindre que son « boss » ne s’occupait pas de lui…. Pas surprenant…

IMG_1848(1).JPGUne bonne expérience tout de même.
Au-delà de tout ce qui a pu se passer, on est en droit de reconnaitre que la couverture médiatique de l’ascension du mont Cameroun est une expérience à vivre et à revivre. Les petits ratés, il y en a dans toute organisation. Des personnes logées alors qu’elles n’étaient pas sensées l’être, c’est déjà ça. L’édition de cette année n’est pas aussi sombre que le contenu des produits de la Guinness. Il y a pire ailleurs. Voyons ce qui s’est passé au palais polyvalent des sports ces jours-ci. Revenons aux cris de l’Ami du boutiquier ce matin… L’ascension du mont Cameroun est une organisation à parfaire. …. Nous n’avons pas fini de traiter le sujet…

IMG_1800.JPGLes non voyants définitivement écartés , mais … super vedettes ..
Ceux qui ont assisté à la première réunion préparatoire de l’ascension du Mont cameroun au ministère des sports et de l’éducation physique, n’ont pas été étonné de voir le sort qui a été réservé aux athlètes non voyants samedi dernier au stade de molyko. Ceux-ci ont simplement été éconduits et priés d’aller voir ailleurs. Mais lieu de le faire, il se sont plutôt faits voir et recevoir par une bonne frange des journalistes présents qui ne comprenaient les rasons de ce refus de les associer . Une pluie d’interviews s’est abbatue sur ces non voyants et leur président régional ,Roland Tiayong. Leurs déclarations et pleurs n’ont rien changé à la situation. « ils ont une leur fédération. Qu’ils aillent prendre part à leurs compétitions. Nous n’avons rien à leur donner… en plus, il faudra s’occuper d’eux…. » dira à qui voulaient l’entendre, michel Nkolo le directeur technique national de la fédération camerounaise d’athlétisme… et certains membres du comité d’organisation. Comme on peut s’attendre dans les circonstances pareilles…. Les termes « marginalisation, exclusion et stgimatisation revenaient chaque fois…. Adoum Garoua le patron des sports a donc finalement été désobéi, lui voulait un peu de tolérance et de compréhension pour cette couche. S’il pouvait alors débloquer des moyens pour que ces déficients visuels puissent organiser une compétition similaire….

Un journaliste parti couvrir l’ascension du mont cameroun, a consommé une dose considérable d’éthanol au point où il a confondu la porte de sa chambre d’hotel. Lui au moins a eu l’occasion de voir ces bouteilles passer tandis que les autres passaient leur St Valentin à se poser la question de savoir à quoi ça sert d’aller au mont fako quand on a les poches trouées…. Ah, peut être qu’il a eu l’occasion de ‘’gratter’’ quelques personnalités…

with Kenya Airways official.JPGUn vrai sponsor pour le mont Cameroun
Lorsqu’ils ont débarqué à Buéa, certains journalistes ont cru que les choses se passeraient dans un certain sens. Beaucoup s’attendaient avec l’arrivée de la société brassicole, que tout baignerait dans l’huile du « Eru ». Ils s’attendaient par exemple à des kits comprenant un sac, serviette, blocs-notes, stylos, casquettes et autres gadgets…. Grande a été leur déception. Même le centre de presse ne répondait pas à leurs attentes. Pas d’ordinateurs, une connexion internet disponible le jour de l’évènement, un espace de presse plutôt ouvert au grand public qui ressemblait à un lieu où les amoureux de la st Valentin venaient se rencontrer pour faire le bilan de leurs ébats de la veille… n’importe qui y venait et y allait à sa volonté. Un membre de l’Ajsc a même été obligé de chasser imposteur qui passait son temps à ‘’gratter’’ les journalistes qui n’étaient pas déjà dans un certain confort financier appréciable. Mais, cet espace a tout de même permis aux hommes et femmes de média de se retrouver et de faire l’essentiel. Par rapport à la société brassicole, un journaliste a dit : « Avec ça, je ne vois pas comment je pourrais citer ces gens dans mon papier. Ils ne le méritent pas. Mieux vaut organiser notre ascension sans sponsor… »
Didier ONANA(c)mbolocameroon

14:51 Écrit par mbolocameroon dans Atthlétisme, Tourisme | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | Pin it! | | |