24 avril 1965 24 avril 1965

16/12/2013

la 5è race ?

Il existe désormais une cinquième race, aussi bien qu’il est établit que nous avons cinq continents. Seulement, tous les continents sont déjà occupés, et c’est en Afrique que cette nouvelle race, a décidé de s’établir, nous envahissant progressivement. Comment comprendre, que bon nombre de nos congénères n’aient rien trouvé d’original que de tout faire pour ressembler aux européens. C’est si grotesque, et la jeune génération si complait tant, au point où, dans un proche avenir, on aura du mal à dénombrer des noirs restés naturels, que d’indiens d’Amérique.
P1070044.JPG
Quel est ce peuple, incapable de valoriser sa propre culture, de s’en tenir à son identité, que les autres admireraient ? Un peuple qui ne privilégie que tout ce qui vient d’ailleurs, prêt à subir toutes sortes d’influences. Un peuple qui n’a rien à donner dans ce monde devenu « village planétaire » où il est désormais question « du donner et du recevoir ». Nous recevons tout, nous acceptons tout, nous prenons tout des autres, et certains parmi nous ont décidé purement et simplement de se transformer pour mieux ressembler à ceux-là même, qui représentent leur idéal. Que deviennent-ils alors par la suite ? Des blancs ? Des rouges ? Ou alors des jaunes ? Quoi qu’il en soit, aucune autre race n’acceptera de les intégrer, les trouvant totalement ridicules, sauf et une fois de plus les noirs, qui anesthésiés par toutes ces années d’influences, tombent en admiration devant cette nouvelle race de personnes, qui dénient leur origine. Nous sommes devenus un peuple qui abandonne tous ses repères, et qui copie tout, des autres, au point de ne même plus vouloir être nous-mêmes. Ceux des nôtres qui se retrouvent au-devant de la scène, ne promeuvent pas l’identité Africaine. Nos acteurs, nos présentateurs télé, nos intellectuels, se comportent comme s’ils sont obligés de tout faire pour ressembler aux occidentaux. Il faut dire que les icônes Africaines de la diaspora, qui se retrouvent dans les hautes sphères de la politique, des affaires et du showbiz sont les premiers à se lancer dans cette mutation ; peut-être pour mieux s’intégrer, au point où, lorsqu’on ne les a pas connus avant, on a de la peine à croire qu’il s’agisse de nos frères et sœurs. Ils donnent le ton, et dans nos pauvres pays, tout le monde suit, puisque nos nantis locaux assurent le relais, avec ce sourire de satisfaction, qu’ils arborent ostensiblement. C’est de cette façon que depuis longtemps déjà, l’Afrique s ’est fait phagocyter sur le plan vestimentaire, n’ayant pu se déterminer un style propre, à l’instar de l’Asie. Nos congénères se pavanent alors avec des vêtements d’hiver sous les tropiques ou tiennent à arborer la « veste- cravate », « le complet tailleur » sans tenir compte du temps qu’il fait, endurant la chaleur et dégoulinant de sueur pour le plaisir de paraître.

P1070288.JPGDe nos jours nous sommes carrément passés à la phase de transformation totale. Elle commence par le changement de ton et la manière de parler, avec des expressions importées, qui ne sont pas toujours utilisées à bon escient, et sans souci d e grossières imperfections, que ce soit en Français ou en Anglais. L’essentiel étant de parler comme les blancs. Ensuite c’est le décapage de la peau, à laquelle il faut à tout prix, enlever la couche impure et superflue de mélanine qu’elle contient. Que le teint devienne alors jaune, orange ou rose pâle, peu importe, le tout est qu’il soit toujours plus clair. Des parents ont parfois la peine à reconnaitre leurs progénitures, venus leur rendre visite. Ils apparaissent souvent comme des imposteurs, sortis de nulle part, incommodés par les rayons de notre « cher soleil d’Afrique »contre toute attente. Que voulez-vous ? La peau devient si fine sous l’effet du ponçage permanent, qu’elle ne joue plus son rôle protecteur, laissant même entrevoir le réseau de la circulation sanguine :Une vision horrifiante !
L'extravagance ou le look.JPG
Chez les femmes en particulier, il n’est plus question de laisser voir nos cheveux naturellement crépus. Les défriser est désormais devenu vital, et le port systématique de la greffe, ces fils de nylon aux couleurs multiples, lisses, ondulés et surtout longs qui donnent l’aspect de la chevelure européenne est de rigueur. Le Symbole du modernisme et de la réussite sociale. Il faut avoir la plus belle, la mieux imitée, ou la plus extravagante. Tous ceux et celles qui n’ont pas la chance et les moyens d’en faire autant sont pris de haut. Cette transformation est souvent poussée à l’extrême, de telle sorte que, sous ces touffes de fibres synthétiques raides, parfois souples ou ondulées, il n’y ait plus que le nez épaté et la bouche lippue qui trahissent leur origine, à leur plus grand désarroi.
Le summum de la caricature et du ridicule, est atteint avec l’adoption des tics qui vont avec : - coup de tête machinal vers l’arrière pour rejeter les mèches longues sur les épaules, ou coup de fouet alternatif ou simultané des poignets de part et d’autre du cou, – geste gracieux des doigts pour accrocher derrière les oreilles, les mèches faites volontairement rebelles, qui retombent sur le front, les paupières et parfois toute une partie du visage. Une gêne permanente qu’elles supportent allègrement, pour le plaisir de paraitre les plus modernes, les plus belles. Malheureusement, à côté de ces tics qu’elles veulent sophistiqués, se développe un tout autre genre, totalement barbare et propre à cette nouvelle race de femmes. C’est celui de se donner des coups sur la tête du plat de la main, d’abord très discrètement, puis progressivement plus fort pour atténuer les démangeaisons du cuir chevelu. Lorsque ça devient persistant, elles finissent par enfoncer carrément l’index entre les mèches touffues et nauséabondes pour se gratter le crâne frénétiquement.
Que faire ? Lorsque le port de ces mèches artificielles aux origines parfois douteuses, exige de ne pouvoir se laver la tête, qu’à intervalle de deux semaines minimum pour les plus propres. L’entretien quotidien de la coiffure est alors fait à coup de produits chimiques, pour lisser et faire briller, ou de parfum et de laque qui finissent par laisser une couche et surtout un complexe d’odeurs peu agréable. La chaleur de chez nous et la transpiration aidant, ils se développent sous ces touffes de fils synthétiques, des couches de pellicules qui provoquent des démangeaisons insupportables.
Comment croire, dans ces conditions que des personnes qui ne prennent pas un bain intégral, évitant de se mouiller la tête, se sentent par la suite, rafraichies et apaisées ? Elles en ressortent surement avec de véritables « têtes chaudes » n’ayant pu gouter au plaisir de se laisser couler de l’eau sur le corps de la tête au pied, après une journée de travail.
Malgré cela, elles n’ont de cesse à jouer les coquettes et ne ratent pas l’occasion de tendre la joue pour se faire embrasser. Les mèches avec leur complexe d’odeurs, vous arrivent alors en plein visage, couvrant même parfois la joue présentée pour le bisou.
Les raisons que nos chères dames arguent pour se complaire dans cette espèce de supplice consenti, sont toutes trouvées : « c’est la longueur des cheveux qui fait la beauté de la femme », « le port des mèches facilite « l’entretien » de la coiffure », et fait gagner du temps, quand – t- il faut se faire belle, en vue d’une sortie ».
Se faire belle ! ? C’est là le comble. Car si certaines réussissent à bien caricaturer les européennes qu’elles envient tant, d’autres par contre apparaissent comme des personnages de scènes de bouffonnerie, ou sortis tout droit des revues des dessins du sourire.
Il y va d’abord des couleurs choisies, qui nous amènent à avoir des femmes noirs, ou décapées, tantôt blondes, rousses, brunes et parfois avec des couleurs de plus en plus excentriques. Quant à la coiffure proprement dite, elles ne s’harmonisent pas toujours avec, la forme de la tête, ou du visage. Des jeunes filles arborent fièrement, même des coupes et formes qui sont souvent celles des dames d’un certain âge en Europe ou en Asie. C’est par décence qu’en les croisant l’on ne pouffe pas de rire, au vu de cette espèce de broussaille, que constitue le tas de fils synthétiques en bataille, qu’elles portent sur la tête à longueur de journée. Avec les tics qu’elles s’appliquent à exécuter, parfois de manière assez théâtrale, beaucoup plus souvent que les femmes européennes qu’elles imitent, on finira par les voir atteintes de torticolis, ou avec les oreilles complètement décollées, à force d’y raccrocher permanemment des touffes de mèches lourdes et raides.
Ce qui est répugnant, c’est lorsque, estimant encore lointain le moment de se faire totalement belle, elles réunissent leurs mèches sur la tête, sous une sorte de filet, formant ainsi une espèce de calotte. Nos « belles »se promènent alors partout, avec ce coussin mal odorant et mal fagoté, parfois dégoulinantes de sueur. Malgré l’image peu agréable qu’elles présentent alors, elles ont la conviction que tout le monde comprend, qu’en dessous se trouve la coiffure fétiche et moderne, et ne tiennent plus compte des convenances.
Ce qui est grave, c’est l’assaisonnement des repas, par des grains de ces mèches qui tombent au gré des mouvements et du vent.
Le seul point positif à mettre à l’actif de cette manie du port des cheveux artificiels, est d’avoir fait disparaitre les poux de notre environnement. Ces parasites n’ayant pu survivre dans la fournaise permanemment entretenue sur la tête, par ces touffes de fils synthétiques.
Ce qui est paradoxal est que , nos sœurs restées naturelles, ou ayant opté pour la coupe de cheveux courts, s’entendent souvent demander, si elles sont en proie aux migraines chroniques ou au mal de nerfs. Certaines deviennent alors complexées, devant cette nouvelle race de femmes aux mœurs totalement superficielles, n’osant plus jouer les belles, et n’attendant que d’avoir assez de moyens pour retrouver « leur vrai teint » et avoir la tête sous des coiffures embroussaillées.
Après quelques années de pratique notre nouvelle race de dames se caractérise par un teint multi couleurs, suite à la mise en évidence des cicatrices liées aux maladies de la peau contractées dans l’enfance et des zones du corps qui résistent au décapage. A force d’insister, La peau, surtout celle du visage, est souvent atteinte d’une éruption irritante ou allergique parfois intermittente ou permanente, mais que plus rien ne peut soigner, et qu’il faut à tout prix cacher avec des couches de crème de fond de teint. Elles ont aussi souvent les tempes totalement dégarnies, suite à la chute des cheveux, arrachées à leur racine par le poids des mèches qui s’y sont accrochées pendant des années et au matraquage du cuir chevelu par les produits chimiques. Les « mamans modernes » commencent d’ailleurs à triturer les cheveux de leurs filles dès le saut du berceau. C’est ainsi qu’avant même la trentaine, certaines femmes se trouvent alors obligées de cacher à tout prix cette altération disgracieuse de la chevelure, sous des mèches en frange ou longues sur les tempes et les paupières, malgré la gêne du mouvement des cils et la vue. Parfois, les mèches ne sont plus accrochées, qu’en une sorte de postiche sur le peu de cheveux parsemé ou qui ne reste plus qu’au milieu du crâne.
On pouvait croire que ce phénomène soit l’apanage des personnes peu instruites, mais, c’est la plus part de nos icônes, qui les premières jouent mieux les clowns blancs. Ce sont elles que l’on retrouve souriantes et satisfaites en couverture des magazines de tout bord, comme présentatrices dans la plus part des chaines télé ou hauts cadres dans les différentes administrations, de véritables blanches tropicalisées. Allez savoir ce qui leur passe par la tête, quand à notre connaissance, aucune race au monde n’est prête à se teinter la peau en noir, à s’aplatir le nez, à se rendre les lèvres plus pulpeuses, ou à se torturer les cheveux pour les rendre crépus. Tous les autres peuples gardent leurs atouts physiques au naturel, avec les avantages et les inconvénients qu’ils présentent. Pourquoi donc vouloir à tout prix assouplir nos cheveux. Il ne s’agit plus là seulement de renier notre identité, mais d’entretenir un complexe d’infériorité face aux autres peuples.
Au Cameroun, de nos jours pour avoir le privilège de rencontrer encore des beautés africaines, restées naturelles, il faut se rendre dans les lycées et collèges anglophones ; ici le règlement exige d’avoir les cheveux courts, tant pour les garçons que pour les filles. Seulement à la fin de leur cycle secondaire, les filles se comportent comme si elles voulaient prendre leur revanche. « De véritables arbres de noël ambulants ».
Sous d’autres cieux les femmes actives portent les cheveux courts pour être à l’aise dans leurs mouvements. Chez nous par contre, c’est la longueur et l’épaisseur des mèches sur la tête qui montrent combien de fois elles sont actives, évoluées, modernes et nanties, malgré toute la gêne que cela peut générer dans leurs occupations quotidiennes.
Il y a de la peine à accepter, que les femmes Africaines tout en réclamant l’égalité des sexes, comme c’est de mode actuellement, soient si abjectes et superficielles, au point de ne privilégier que l’apparence et des artifices pour paraitre des êtres d’ailleurs, au mépris de leur nature propre.
Que font donc les chercheurs Africains, pour que nos femmes ne doivent avoir recours qu’au décapage, au défrisage et au port de longs cheveux artificiels pour se faire belles. N’y a-t-il donc pas des solutions pour valoriser leur naturel ? Afin qu’entretien et modernité, ne soient plus que synonymes de transformation et de changement total de notre identité ? La situation est vraiment préoccupante et il y a fort à faire, car bon nombre de personnes s’éclaircissent souvent la peau sans le vouloir et parfois sans le savoir ; la majorité des produits de toilette et de beauté sur le marché, comportent à chaque fois des composants à cet effet. Des slogans révélateurs sur Leurs étiquettes, vont dans le sens de « illuminez votre teint », « nourrissez votre peau »….
Sur le plan culturel, il est question d’amener nos congénères à s’accepter tel qu’elles sont. Plusieurs façons de se coiffer mettent bien en valeur les trais épais de notre type de visage. Il suffit, pour s’en convaincre de regarder d’un œil nouveau, les catalogues de coiffures éditées par les Nigérians à l’intention des salons de beauté. Plusieurs spécimen y sont présentés, empreint d’une certaine originalité, pouvant faire envie. Nos tresses également font souvent aussi fureur auprès des autres peuples, mais nous sommes les premiers à les délaisser. La beauté et l’identité Africaines doivent avoir un standard. Nous devons tout faire pour accepter nos différences, s’y en tenir et les mettre en avant.
Il est encore acceptable, que nos dames adoptent toutes les autres formes de déviances à la mode, dont certaines sont d’origine Africaine, telles le tatouage, le piercing, les faux ongles et cils, le rasage de sourcils et que sais-je encore. Mais qu’elles passent le clair de leur temps à singer les femmes occidentales, c’est le comble de la sottise, surtout lorsqu’il faut prendre en compte l’incommodité et les supplices à endurer.
Il est vrai que la machine infernale de la publicité, dans les médias, que relayent les magazines féminins, souvent spécialisés pour l’Afrique, tend à convaincre tout le monde. Notre amour propre doit prendre le dessus. Tous les produits et artifices proposés ne sont pas toujours très adaptés à notre nature, et font les choux gras de leurs fabricants.
Nos icônes sociales ne doivent plus avoir, pour référence que des styles venues d’ailleurs ; on peut être grand pour soi et chez soi. Soyons fiers d’être Africains et restons dignes. Les autres pourront aussi envier notre façon d’être et de paraitre.

Hervé TIKY NJOYA

16:08 Écrit par mbolocameroon | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | Pin it! | | |

Les commentaires sont fermés.