24 avril 1965 24 avril 1965

16/12/2013

Une Maison de la francophonie à Bata


Une maison pour promouvoir la langue française en Guinée équatoriale.

La Maison.pngLa langue française a de beaux jours devant elle en Guinée équatoriale. En effet, la maison de la francophonie, œuvre de la camerounaise Françoise Etoa, présidente du Cercle des enfants de Défense de la langue française a récemment été inaugurée à Bata par Téodoro Obiang Nguéma Mbasogo, le président de cette république. Un évènement historique qui vient montrer les efforts d’ouverture au monde et à la culture francophones de ce pays issu de la colonisation espagnole.

Bouquet de fleurs.pngLa maison de la francophonie, première du genre en Afrique centrale a décidé d’honorer pour la circonstance, Léopold Sédar Senghor, l’un des pères fondateurs de ce courant. Ce projet trouve sa source dans l’initiative prise par Mme Françoise Etoa, de faire participer la Guinée équatoriale au concours Philippe Senghor. Un concours destiné aux élèves du primaire de pays. Au cours d’une rencontre entre cette dernière et S.E Téodoro Obiang Nguéma , Mme Etoa a suggéré la création d’une maison de la francophonie afin de permettre aux jeunes Equato-guinéens d’accéder à la langue française par le jeu.
Elle meme o protocole.pngCe projet a facilement séduit le Chef de l’Etat équato-guinéen qui il faut le dire, parle couramment français. En plus, la Guinée équatoriale, entourée des pays francophones souhaitait depuis des lustres, s’ouvrir à la communauté francophone.
Le président Obiang Nguéma et son gouvernement, pour montrer leur adhésion et surtout leur engagement dans la réalisation et la concrétisation de ce projet, ont offert un terrain et une construction d’une valeur de deux millions d’euros soit environ, un milliard trois cents dix millions de francs CFA. Cette maison comporte une ludothèque avec des jeux éducatifs en français, des salles de jeux, d’informatique, de lecture, une cantine et, à l’extérieur, des aires de jeu.

Le salut  du couple.pngPour l’inauguration qui a eu lieu le 26 novembre dernier, une dizaine de jeunes de tous les pays francophones ont été invités tous frais payés, à découvrir ce pays. Ils y ont passé quelques heures d’animation.
Dans les prochains mois, l’école française de Bata, créée par les entreprises françaises présentes en Guinée –équatoriale, intégrera la Maison de la francophonie. Peu à peu, cette école s’agrandira afin de pouvoir accueillir les élèves équato-guinéens.
Pour Mme Etoa, cette Maison de la francophonie symbolise l’amitié entre les peuples elle s’en réjouit profondément.
L’avènement de la Maison de la francophonie en Guinée équatoriale n’a pas laissé indifférent, les observateurs. Ainsi, le journal français la dépêche diplomatique, dans son édition du 11 juillet 2005 écrivait « la Guinée-équatoriale a choisi de s’ancrer durablement dans la francophonie, vecteur de promotion internationale ».
vlcsnap-2013-12-15-14h17m10s60.pngMme Etoa, avait perçu depuis un certain temps, ce que cela pouvait signifier pour l’Afrique en particulier, pour la France, pour le monde francophone et pour la Guinée équatoriale. Pour cela, elle a visité le ce pays à plusieurs reprises. La bibliothèque a reçu le parrainage de monsieur Jean Dutourd. Ce dernier a souhaité que cette maison devienne le symbole du rayonnement de l’amour et de la langue française. La fédération internationale des professeurs de langue française qui rassemble les associations de nationales ou régionales d’enseignants de français, va implanter une section nationale en Guinée équatoriale et inscrire le pays au concours international des correspondances de classes.
Sur le plan médical, un important matériel permettra d’équiper certains dispensaires et centres de soins dans ce pays.
A la tribune debout.pngLe cercle des enfants.
Le cercle des enfants de Défense de la langue française dont Mme Etoa est la présidente, réunit environ 3000 adhérents et mène une mosaïque d’activités à travers la planète francophone. Des concours littéraires sont régulièrement organisés, des actions sociales comme cette remise des dons aux structures d’encadrement des jeunes à l’Université d’Abobo-Adjamé en 2006 sont organisées en vue d’apporter un peu de chaleur dans les cœurs. Le Cameroun bénéficiera dans les semaines à venir de ces actions… pour le bien de la communauté francophone, et de la jeunesse. Nous y reviendrons.
©Didier ONANA mbolocameroon 22114587/ 84788688

15:48 Écrit par mbolocameroon dans Actualités, Politique | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | Pin it! | | |

Les commentaires sont fermés.