24 avril 1965 24 avril 1965

28/01/2014

Quand les journalistes boudent un Ministre ...

Présentations des vœux au ministre des sports :
Les journalistes sportifs refusent de serrer la main du patron des sports.
Adoum Garoua.JPGPartis pour couvrir la cérémonie de présentation des vœux au ministre des sports, les journalistes sportifs ont été surpris d’apprendre qu’ils devaient passer parmi les associations serrer la main de celui -ci. Comme un seul homme,les professionnels de la presse sportive n’ont pas bougé, évoquant la raison selon laquelle, ils auraient dûêtre informés par les organisateurs au moins vingt-quatre heures avant.Une situation qui a embarrassé la cellule de communication qui n’y était pour rien, ont vainement tenté d’amener leurs confrères à revenir sur leur décision. Mais, les journalistes couvrant le sport au quotidien, ont tenu à se faire respecter. La dynamique que nous voulons imprimer dans nos rangs et au sein de notre association est de nous faire considérer, a lancé une des figures de proue de l’association des journalistes sportifs camerounais, coordination du centre qui a rappelé leur nouveau mot d’ordre : Unis nous sommes forts, divisés nous sommes vulnérables. Si les professionnels des médias pouvaient être aussi unis dans toutes les circonstances, ils feraient changer leur situation. Cet incident si c’en est un, est survenu après que le patron des sports ait remercié les journalistes pour leur soutien aux lions indomptables seniors de football dans ce que l’on a appelé l’union sacrée. Une union qui a été sucrée pour les uns (responsables du ministère des sports et de la fédération camerounaise de football), non sucrée pour les autres (la presse).
Didier ONANA© 22 11 45 87

12:05 Écrit par mbolocameroon dans Associations, Sports | Lien permanent | Commentaires (0) | Tags : voeux, journalistes sportifs | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | Pin it! | | |

Les commentaires sont fermés.