24 avril 1965 24 avril 1965

24/06/2014

Rigobert SONG dit sa part de verite

Dans une interview accordée a un confrère, Rigobert Song, le Team Manager donnes les raisons de la débâcle camerounaise a la coupe du monde et demande pardon.


Rigobert Song Bahanag

« On peut aller chercher les causes de cette élimination dans les conditions que nous nous sommes mises à la veille du coup d’envoi du Mondial »

Merci de nous recevoir dans la tanière des Lions indomptables à Vitoria au Brésil. D’ici, vous avez certainement les échos de la réaction du peuple camerounais à la suite de la très mauvaise prestation de leur équipe nationale dans cette Coupe du monde 2014. Ce peuple est extrêmement déçu…

Je comprends la réaction du peuple camerounais. Mais, tout ce que je peux dire à mes compatriotes, c’est qu’en sport, il faut s’attendre à tout : victoire, nul ou défaite. Les Lions indomptables se sont préparés pour faire mieux ici qu’en Afrique du sud. Tous avaient envie de bien défendre les couleurs de notre cher pays. La réalité aujourd’hui est tout autre. Remettons ces mauvais résultats dans le contexte du sport. Et en sport, on pardonne. On peut pardonner à notre équipe, y compris nous même les encadreurs parce que nous sommes tous dans le même bateau. Le fait que ce peuple ne soit pas content, va pousser les joueurs à chercher à s’améliore prochainement. Ils ont compris la leçon.

Au-delà des mauvais résultats, c’est le comportement des Lions sur les terrains brésiliens qui révolte le plus les supporters de cette sélection camerounaise. Manque d’engagement, tricherie, coup anti sportif, bagarre entre coéquipiers. Est-ce que lorsque vous, ex-capitaine de cette sélection nationale, voyez vos successeurs jouer, vous avez le sentiment qu’ils jouent pour faire véritablement honneur à leur pays ?

Ne versons pas dans les comparaisons. L’équipe des lions aujourd’hui, c’est beaucoup plus une équipe joueuse. Mais, c’est vrai qu’on a envie de retrouver une équipe des Lions indomptables conquérants. Je pense qu’avec le temps, ça viendra. Aujourd’hui, on voit qu’ils essaient de jouer plus au football. Mais, La conquête demande aussi un peu d’agressivité dans le bon sens tout en respectant les règles du jeu. Je pense que c’est ce qui nous manque aujourd’hui. L’équipe des Lions d’aujourd’hui est à la recherche de la maturité parce qu’on se rend compte que les erreurs commisses aujourd’hui sont des erreurs de manque d’expérience même si ces joueurs pour certains jouent dans des clubs professionnels.

De toutes les façons, avec le temps et l’expérience, ils vont murir. J’ai été dans le même cas, j’ai connu ce que certains sont en train de vivre aujourd’hui. Ma première coupe du monde aux Etats-Unis en 1994 a été sanctionnée par un carton rouge. Il y a eu des moments de ma carrière internationale où je me suis loupé. Il est vrai que c’était dû au fait qu’on voulait très bien faire pour notre pays. Les autres ont commis des fautes, pas parce qu’ils veulent nuire. Cela fait partie des expériences au cours d’une carrière. Je n’ai pas de doute, je crois que d’ici peu on aura une équipe des Lions à la hauteur des attentes.

Vous vivez dans la tanière avec ces Lions. Qu’est ce qui peut donc expliquer l’échec de cette sélection au Brésil ? Des problèmes de management ? Des causes extra-sportives ? Ou alors cette sélection a été simplement faible ?

Pour le moment, je n’entrerais pas dans ce débat. Le moment viendra de commenter le bilan. Ce que je peux déjà vous dire, c’est que la préparation a été bien faite. Ça aussi, il faut pouvoir le dire. Pour une fois, on a été dans les meilleures conditions. En Autriche où nous avons fait le stage, tout a été mis à la disposition de l’équipe pour se préparer sereinement.

Les matches amicaux ont été disputés avec des sparring-partners de haut niveau. Rappelez-vous que par le passé, les matches amicaux, pour ne prendre que cet exemple, étaient conclus à la dernière minute avec des adversaires de seconde zone. Donc, en ce qui concerne la préparation, tout a été bien planifié. Dommage que sur le terrain, les résultats n’ont pas suivi. Le football a souvent d’autres réalités. On ne peut pas tout expliquer. L’échec est là. Il faut tirer des leçons, travailler pour que demain soit meilleur.

Après le match référence contre l’Allemagne le 1er juin 2014, il y a eu un décrochage quartier libre marqué par des problèmes de primes et des affaires privées de certains joueurs. Ce décrochage et le retour au pays pour un match d’au revoir peuvent aussi être source de cet échec non ?

Le problème n’est pas à ce niveau. Le retour au pays n’a pas été une cassure propre à nuire à notre participation au mondial. Je pense qu’après un stage bloqué, il était quand même judicieux comme par le passé de retourner au pays pour dire recevoir la bénédiction de nos supporters. Je pense que ça fait aussi du bien de retrouver sa famille, ses parents et ses amis. Donc, à mon avis, les causes de notre échec ne viennent pas de cette rupture-là.

Moi je pense que le problème se trouve dans cette question : « Avons-nous été suffisamment prêts pour aborder cette compétition ? » On peut aussi aller chercher les causes de cette élimination dans les conditions que nous nous sommes mises à la veille du coup d’envoi du Mondial. Est-ce que nous nous sommes mis dans les conditions de pouvoir aborder la compétition de bonne manière? Mais, je dis, je reste dans l’esprit sportif en disant que quand on prend part à une compétition, il faut s’attendre à tout. Ça n’a pas été cette fois-ci. Retournons nous mettre résolument au travail, pour que demain les choses changent.

15:31 Écrit par mbolocameroon dans Actualités, Coupe du monde, Football | Lien permanent | Commentaires (0) | |  del.icio.us | | Digg! Digg |  Facebook | | Pin it! | | |

Les commentaires sont fermés.